Baromètre B2B les chiffres clés

Avec l’arrêt de la production dans les usines, la suspension des ventes chez les concessionnaires, et le ralentissement des activités des garagistes, les volumes d’immatriculations ont fortement chuté.

Malgré le confinement, les ventes de mars de véhicules électriques ont résisté en enregistrant une hausse de 10% par rapport à mars 2019.
La tendance baissière qui s’en suit a concerné toutes les énergies, sans exception.  Les motorisations diesels et à essence plongent toutes deux à plus de 84%. L’effondrement a également concerné l’électrique avec un repli de 80% et les hybrides de -85%.

Avec le déconfinement et l’annonce d’un plan de relance pour l’automobile, on remarque un regain de confiance et des signes de reprise positifs sur le marché :

  • maintien des commandes effectuées en amont pour plus de 64% des entreprises, malgré la crise,
  • aides à l’achat sur l’électrique et l’hybride, et primes à la conversion pouvant atteindre 5000€,
  • différentes typologies d’offres mises en place par les constructeurs (offres de mensualités, remises allant juqu’à 35%, vente en ligne…).

 

La digitalisation amorcée sur le marché a amené l’industrie automobile à déployer différentes initiatives pour maintenir l’activité commerciale, et devrait marquer une augmentation des budgets dédiés à la génération de leads.

 

————–

Découvrez les chiffres-clés et les prévisions 2020 en téléchargeant notre Baromètre B2B .

 

Livre Blanc : Impact du Covid-19 sur le marché automobile

Les mesures mises en œuvre ces derniers mois par les gouvernements du monde entier, pour arrêter la propagation du coronavirus, touchent globalement toutes les industries, et l’automobile n’est pas une exception.

Quelles seront les conséquences sur le marché ?

En France, les ventes de véhicules particuliers et utilitaires neufs ont fortement chuté de +70% en mars, (CCFA),et 32,9% dans l’Hexagone sur les trois premiers mois de l’année. En avril, tout le secteur s’est mis à l’arrêt et le nombre d’immatriculations a chuté de 88,8%.

Une reprise difficile…

Les concessions automobiles signaient leur grande réouverture le 11 mai dernier, date du début de la première phase du déconfinement. Les stocks sont encore nombreux depuis le confinement et les concessions peinent pour l’instant à les écouler. On apprend néanmoins que seulement 16% des entreprises auraient suspendu ou annulé les échéances financières de leurs véhicules : 52,2% travaillaient sur un plan de reprise de l’activité de leur flotte en amont du déconfinement.

Un plan de relance qui a ses limites…

Bien qu’avantageux pour certains, le plan de relance annoncé par le gouvernement pose de nombreux problèmes : le plus gros des aides est consacré aux véhicules électriques, excluant les autres véhicules alors qu’il existe actuellement plus d’1 million de véhicules neufs et d’occasion en stock en France.
Du côté des flottes d’entreprise, le diesel et l’essence restent majoritaires (étude de L’Automobile et L’entreprise). Du côté des entreprises, les freins à l’électrique sont encore nombreux : autonomie encore trop faible, bornes de rechargement trop peu nombreuses sans oublier les prix des véhicules qui restent relativement élevés.

Comment évoluera le marché français ?

En fin mars, l’Expert de la data et du marché automobile C-Ways, publiait des scénarios possibles pour l’année 2020 :

– recul du PIB de 7%, soit un déconfinement réussi et une reprise progressive
– prolongation de l’épidémie et une deuxième phase de confinement de plusieurs semaines. Le PIB baisserait alors de 14% et la chute des immatriculations de voitures neuves serait violente (-30%).

Les chiffres publiés début juin concernant l’état du marché en mai sont, quant à eux, un tantinet plus optimistes avec une baisse des immatriculations de 50,34% contre 72,25% en mars et 88,8% en avril.

La digitalisation du marché automobile

Déjà bien engagée, la digitalisation du parcours d’achat dans le secteur automobile s’est accélérée avec la crise du Covid-19. Une tendance qui n’a rien de nouveau en B2B où 89% des décideurs utilisent internet en amont de leur processus de décision (étude Google) et qui devrait encore s’accélérer dans le secteur automobile.

En 2018, 86% des acheteurs de véhicules déclaraient avoir eu recours au digital durant leur parcours d’achat (Etude Automobile et Mobilité) et seulement 7% des prospects se rendent dans une concession sans avoir préalablement effectué une recherche sur le net (Addict Group). 

Les constructeurs automobiles semblent avoir intégré une véritable digitalisation du parcours client et de leur stratégie d’acquisition client. Récemment BMW déclarait augmenter son budget alloué au marketing digital de 50% chaque année.

————–

Pour connaitre l’intégralité des données pendant et post-confinement, téléchargez notre Livre Blanc.

 

 

 

The last Articles

Restez
Informé
MERCI !

Votre message à bien été envoyé,
nous vous répondrons sous 24H !

FERMER